fbpx
icons/play-video

La musique m’a permis de devenir une coureuse

Par Mélissa Pelletier, productrice de contenu pour QUB musique.

J’écoute de la musique environ 16 heures sur 24 (calculez là-dedans les heures de sommeil). Quand j’ai décidé de me lancer à la course sur un coup de tête un peu arrosé, entre un «Voudrais-tu participer à une course de 10 kilomètres avec moi?» d’une amie et un «À boire!», je ne me doutais pas encore à quel point cette passion allait me sauver la vie… ou du moins, la mise.

Dès le lendemain matin, il a bien fallu que je me rende à l’évidence. L’inscription était faite et surtout, mon orgueil était en jeu. Ajoutez ça à une forme un peu vacillante, entre de vagues inscriptions au gym et des vidéos d’aérobie ici et là… J’avais comme qui dirait du pain sur la planche!

16 juillet 2016. J’avais 2 mois pour me préparer à une course de 10 kilomètres. Première étape? Prendre connaissance de plusieurs programmes pour y arriver sans me blesser. Mi-étape? Réaliser que c’est un projet un peu fou. Deuxième étape? Me créer une liste de lecture de feu.

Sans le savoir, mon réflexe allait m’aider à m’entraîner bien et mieux pour ma toute première course. En plus de ses bienfaits généraux, la musique peut augmenter la qualité des performances et réduire la sensation d’effort.

Ce n’était pas de trop pour mes premiers pas dans le monde de la course, entre motivation inégale, courbatures et matins plus gris.

Que ce soit Eye Of The Tiger de Survivor, Wake Me Up d’Avicii ou absolument n’importe quelle chanson qui donne du pep, le magazine Scientific American affirme que la musique peut servir de métronome au coureur. En bonus: pas de perte inutile d’énergie!

C’est ça qui est magique: qu’on soit fan de hard rock et de pop bien vitaminée, on peut facilement s’entraîner sur ce qui nous convient en suivant les listes de lecture par battements par minute (bpm).

https://musique.qub.ca/liste-de-lecture/150-bpm-122160

https://musique.qub.ca/liste-de-lecture/180-bpm-122162

Pas envie de vous entraîner comme un métronome, justement? La musique permet de mieux gérer l’effort physique, que son écoute soit calquée sur le rythme de l’effort ou non selon l’étude The effects of synchronous music on 400-m sprint performance de l’Université de Brunel en Angleterre datant de 2006. Et c’est propre à chacun.

Ce que j’ai appris au fil de mes entraînements, parfois solitaires ou entre amis, vers cette fameuse course de 10 kilomètres? Que ce qui motive l’un.e ne le fera sûrement pas pour l’autre.

Ai-je réussi?

En ajustant mes lacets et mes écouteurs au fil de départ, entourée de la fébrilité des autres coureurs le 25 septembre 2016, j’entendais des Toxic de Britney Spears, des Dog Days Are Over de Florence + the Machine et des Funky Town de Lipps Inc. résonner autour de moi.

J’ai appuyé sur play. Oiseau de Fred Fortin (oui oui) a sonné dans mes oreilles. Chacun sa motivation, n’est-ce pas? 3, 2, 1…

(Pour la petite histoire: je suis bel et bien arrivée au fil de départ sans heurt.)

Vous vous entraînez pour une course de 5 kilomètres ou un demi-marathon? Je vous conseille humblement ces listes:

https://musique.qub.ca/liste-de-lecture/je-cours-qc-5-km-122212

https://musique.qub.ca/liste-de-lecture/je-cours-qc-demi-marathon-122205